Témoignages

Merci de laisser ici vos témoignages sur le Dr Anne Cabau

18 commentaires sur « Témoignages »

  1. Nous lui devons tellement
    Jamais nous n’oublierons ce qu’elle a fait pour nous.
    Femme courage, femme de cœur et de combat.
    Merci Docteur.
    Merci Madame.

    Aimé par 1 personne

  2. Amenée à travailler en région parisienne, j’ai eu la chance de pouvoir être suivie par le Dr Anne Cabau. En effet, ma mère, adhérente de la MGEN, avait été alertée des risques du Distilbène grâce à l’enquête menée par A. Cabau dans le bulletin de la mutuelle ; elle m’avait vivement conseillée de la consulter. J’ai souvenir d’un praticien informant sans détours mais sans dramatisation, à l’écoute de ses patientes. Grâce à elle (et à l’équipe de St Vincent de Paul : S. Epelboin, Pr Tournaire), j’ai pu mener, tant bien que mal, mes grossesses à « presque » terme.
    Je lui sais gré des travaux qu’elle a menés, et de la diffusion de l’information auprès du public.

    Aimé par 1 personne

  3. Merci Docteur ! vous avez mis des mots, des actes sur ma souffrance et celle de beaucoup de femmes …. grâce à un de vos confrères en bretagne, j’ai pu mettre au monde deux enfants prématurés mais vivants ! en apprenant que j’étais fille distilbène , j’ai pu enfin mettre une fin à la culpabilité ressenti depuis de nombreuses années …les hommes et les femmes qui combattent sont rares et précieux ! reposez en paix

    Aimé par 1 personne

  4. Madame,
    G
    râce à vous, à la fin des années 80, j’ai pû mettre des mots sur les symptômes que j’avais.
    Grâce à vous, au début des années 90, l’ai été mise en contact avec des accoucheurs qui connaissaient le syndrôme DES, et j’ai été suivie dans une des meilleures maternités de Paris, Port Royal.
    Grâce à vous, je n’ai pas trop culpabilisé lorsque, au 3e mois de grossesse, j’ai dû rester alitée – à l’hôpital pour ma première fille. Cela a fait le contrepoint avec mes employeurs qui n’ont pas eu votre compréhension.
    Grâce à vous j’ai mis mes deux filles au monde. Je me souviens d’un jour où ma fille ainée jouait à la poupée et l’avait allongée dans un petit lit; je lui demandai si la poupée était malade, elle me répondit qu’elle était enceinte…

    Lorsque vous m’aviez annoncé que vous preniez votre retraite, cela a été un déchirement de vous quitter: vous êtes restée dans mes pensées, j’ose dire que vous faites partie de ma famille.
    Nous perdons une grande dame: votre souvenir, Madame, ne me quittera pas.

    Aimé par 1 personne

  5. Le docteur Anne Cabau ma suivie pendant plus de 20 ans…de mes 18 ans, âge du diagnostic DES, jusqu’à mes 40 ans, début de ma 3ème grossesse qui mènera à notre 1er enfant « fait maison », après 2 adoptions. Quand Fanny s’annonce, Anne Cabau prend sa retraite…
    Comme elle le disait si bien, l’enfant s’annonce quand on ne s’y attend plus, quand la pression a disparu….ce fut tellement vrai pour nous ! Je lui dois beaucoup, c’est une femme qui aura beaucoup compté dans ma vie, nous nous sommes battues ensemble…jusqu’au but tardif mais splendide, ce beau bébé ! Merci à elle pour ce qu’elle a donné à tous et toutes….

    Aimé par 1 personne

  6. C’est à la suite de la lecture d’un article de Marie-Claire en 1996, je crois, où elle parlait des filles du distilbène et de la nécessité de se faire suivre par un médecin spécialiste que j’avais pris rendez-vous avec elle à St Vincent de Paul. Après des années où tous les gynécologiques que j’avais pu consulter, m’avaient dit que je ne pourrais pas avoir d’enfants, elle a été une lumière dans la nuit. elle m’a dit à votre âge (j’avais 24 ans), j’y suis toujours arrivée.. et 2 ans après, ma petite fille naissait après 7 mois couchée, un cerclage, une hémorragie à la naissance mais grâce au Professeur Tournaire à qui elle m’avait adressée, j’ai maintenant une grande fille de 17 ans en pleine forme. Je ne l’oublierai pas. Merci !!!

    Aimé par 1 personne

  7. Merci, grace à vous nous avons ma fille et moi ete entendu,et reconnu et suivi à st vincent de paul en 2000.A la suite de quoi nous avons adhere à l’association.Encore un grand merci grace à vous ma fille a pu mener a bien ses 2 grossesses sous cerclage.

    Aimé par 1 personne

  8. Docteur, Anne Cabau, Madame ,
    Vous partez à présent dans l’autre monde, mais une partie de vous reste à nos côtés.
    Vous nous avez transmis une des flammes qui vous animait, celle de la recherche de la Vérité sur cette horrible affaire Distilbène.
    Nous continuerons le combat, afin que toutes les Victimes de cette triste histoire, soient reconnues et indemnisées de leurs préjudices.
    Bon voyage Madame, merci Docteur.
    Votre vie fût riche et vous nous avez offert le plus beau de vos trésors,
    celui du don de vous, il me semble que cela s’appelle l’Amour.
    Femme brillante du jour, vous serez à jamais brillante dans le bleu de nos nuits.
    Il suffira de garder la tête haute, les yeux en direction des cieux.
    Cette lueur, cette lumière, c’était vous, ce sera vous pour toujours.
    Isabelle Granger. (Fille DES, Victime ACC, membre depuis 20 ans à l’Association Réseau Des France).

    Aimé par 1 personne

  9. C’est une grande perte pour nous tous. Le Dr Cabau m’a beaucoup appris et m’a accompagnée patiemment dans mes premiers pas de gynécologie. je vous adresse mes sentiments émus et mes sincères condoléances.

    Aimé par 1 personne

  10. Je suis très triste d’apprendre le décès du dr Anne Cabau et adresse mes plus sincères condoléances à sa famille. Fille DES c’est grâce à elle que j’ai été bien suivie et que j’ai eu la chance de mettre au monde deux enfants. Quand on la consultait on ressentait à la fois une grande intelligence et aussi beaucoup d’humanité car elle était vraiment attentive à l’histoire de chacun et voulait nous aider dans cette quête de la maternité. Je rends encore hommage à son éthique et son professionnalisme et j’espère qu’elle inspirera les futures générations de médecins.

    Aimé par 1 personne

  11. Message destinée à la famille CABAU

    C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris le décès du Docteur Anne CABAU et que je vous présente mes condoléances les plus sincères.

    Patiente du Docteur Anne CABAU à partir de janvier 1985, je ne peux mieux exprimer ma profonde reconnaissance envers elle, qu’en vous disant que je lui dois d’avoir mis au monde mes deux filles, Camille et Apolline, dont les photos figuraient dans son bureau de l’Hôpital NECKER.

    Après une grossesse extra utérine, et la prise inappropriée de traitements hormonaux, j’ai eu la chance d’être reçue par elle. Rapidement, elle posait le bon diagnostic : la prise de distilbène par ma mère en 1955. Une opération chirurgicale plus tard, en avril 1986, je mettais au monde ma fille aînée puis sa cadette en 1993.

    Au-delà de sa grande compétence médicale, c’est de ses qualités humaines que, très modestement, je souhaite témoigner. Elle qui savait nous écouter, nous guider, nous redonner espoir et prendre les décisions salvatrices.

    Je n’oublierai jamais, ni son regard clair et pénétrant, ni ses sourires de connivence, ni la chaleur de sa voix attentive, ni son attitude toujours bienveillante et proche.

    Rares sont les personnes qui autant qu’elle, mettent tant d’intelligence, d’humanité et de dévouement, au service des autres, au point de changer leur destinée pour le meilleur. Madame CABAU, était une personne précieuse pour ses patientes, j’imagine le vide qu’elle peut laisser à toute votre famille.

    Je sais qu’elle avait pris sa retraite pour consacrer du temps à ses petits-enfants, elle qui avait tant donné pour les nôtres. J’espère que ce fut le cas.

    Je vous adresse mes pensées les plus attristées et vous souhaite de trouver la force de faire face à cette épreuve.

    Isabelle ROCCASERRA

    Aimé par 1 personne

  12. Très triste d’apprendre le décès du Docteur Anne Cabau. Je présente à sa famille mes sincères condoléances.Elle m’a suivi de 1972 à 2001.J’aimais sa grande compéténce, son intelligence, son attention sans faille.
    Grâce à elle, nous avons pu avoir un deuxième enfant.Je regrette infiniment de ne pas lui avoir assez exprimé notre reconnaissance. Nous ne l’oublierons jamais.

    Aimé par 1 personne

  13. Une énorme tristesse à l’annonce du décès de cette grande Dame ! À la découverte de mon exposition au Distilbene, j’ai consulté le Docteur Cabau jusqu’a sa retraite . Mes nombreuses séquelles ne m’ont hélas pas permis d’avoir d’enfant mais le Dr Cabau a su m’accompagner avec clarté, douceur, précaution et extrême gentillesse … tout à son image … une Triste nouvelle qui ravive le décès de mon papa il y a deux mois … toutes mes condoléances à la Famille que je soutiens de tout cœur .
    Bien cordialement
    Sandrine

    Aimé par 1 personne

  14. Mes condoléances les plus attristées à toute la famille de cette femme admirable, à l’écoute et qui m’a été d’un grand réconfort pour m’aider à admettre l’inadmissible.

    Aimé par 1 personne

  15. Le docteur Anne CABAU sera toujours présente dans mon coeur.
    J’ai eu la chance de la rencontrer en 1991 à l’hôpital Béclère grâce à un article sur le distilbène paru dans le Reader’s Digest.
    La photo de mon fils Guillaume a rejoint les nombreuses photos de bébés affichés dans son bureau.
    J’adresse mes sincères condoléances à ses proches.
    Nicole, adhérente association DES France.

    Aimé par 1 personne

  16. Toutes mes plus sincères condoléances pour la famille d’Anne Cabau , médecin si dévouée à ses patients , si passionnée par l’aide précieuse qu’elle apportait pour tenter de remédier à cette monumentale erreur médicale du DES. Une volonté , une détermination et un courage qu’elle a su partager si généreusement.

    Merci encore au Docteur Cabau pour avoir réussi à être une passeuse de vie en réparant années après années l’erreur de quelques uns. Merci à ce brillant médecin, pour ses espoirs , sa sollicitude , et son extrême bienveillance.
    Nous ne l’oublierons jamais. 🌹💐🌞

    Aimé par 1 personne

  17. Automne 1983, j’ai 17 ans et je rencontre le Dr Cabau à l’initiative de ma mère qui venait de lire l’article du monde et s’est souvenue avoir pris du Distilbène. Malgré toute sa gentillesse et ses précautions, j’ai l’impression que mon monde s’écroule. Elle me suit quelques années puis je pars m’installer en province. Dix ans plus tard je suis mariée et souhaite avoir un enfant. Ma première tentative de grossesse se solde par une GEU opérée en urgence. Le jour de notre anniversaire de mariage je subis une hystérographie où je découvre mon utérus en T si symptomatique des filles DES… Le gynéco de garde m’annonce alors que je n’aurai jamais d’enfant…mon monde s’écroule une seconde fois !
    Je reprends contact avec Anne Cabau et saute dans un TGV avec mon mari pour la voir. Elle nous rassure, nous encourage à recommencer, me déconseille un traitement hormonal inadapté, m’offre son livre qui n’était plus édité, et nous repartons le coeur gonflé d’espérance.
    18 mois plus tard notre aîné voyait le jour après une grossesse compliquée mais bien prise en charge.
    Je n’oublierai jamais cette grande dame, sans langue de bois mais très humaine, très compétente et courageuse. Elle garde une place dans nos coeurs…

    Aimé par 1 personne

  18. Je viens d’apprendre le décès du docteur Anne CABAU. Je n’oublierai jamais sa simplicité et son humanité. Sa manière de dire les choses clairement, sans minimiser mais sans dramatiser non plus. Fille DES, grâce à elle, j’ai pu être prise en charge correctement pour mes 2 grossesses menées à terme. Admirative de son combat, aujourd’hui mon coeur est triste.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s